Désamiantage - Certifications

Au préalable, Picheta était certifiée QUALIBAT 15-12 (traitement de l’amiante en place concernant les matériaux et produits non friables à risques particuliers).

 

La norme QUALIBAT 15-12 certifie que PICHETA possède un bureau d’études, conçoit et réalise, par des personnes dûment qualifiés, des travaux de traitement d’amiante de matériaux et produits non friable selon une organisation et des dispositions adaptées, comprenant notamment :

      • l’analyse, l’évaluation et la prévention des risques
      • le choix des équipements de protections collectives et individuelles
      • l’aménagement et la préparation de la zone
      • le traitement de l’amiante (retrait à l’humide sauf risque électrique, encapsulage par imprégnation à cœur, encoffrement, revêtement de surface).
      • les contrôles, auto-contrôles et audits internes
      • la gestion des déchets
      • la décontamination du matériel utilisé sur chantier et son repli
      • l’enregistrement et la traçabilité des documents
      • le cas échéant, la mise en confinement, la vérification de l’étanchéité, la mise en dépression de la zone et l’instauration d’un renouvellement d’air suffisant.

 

De plus, notre entreprise indique les procédures ou instructions décrivant ses modes opératoires ou dispositions de nature à assurer la sécurité des personnes et la protection de l’environnement. Elle garantit également le résultat des travaux exécutés.

Depuis Juillet 2013, Picheta a obtenu le nouveau dispositif de certification amiante 1552 pour un niveau II d’empoussièrement. En effet, le décret n° 2012-639 du 4 mai 2012 a imposé de nouvelles dispositions réglementaires que doivent respecter les entreprises réalisant des travaux de traitement de l’amiante, en particulier :

      • la fin de la dualité friable et non friable,
      • une nouvelle valeur limite d’exposition professionnelle fixée de façon transitoire jusqu’au 30 juin 2015 à 100 fibres par litre,
      • la vérification du respect de cette VLEP par des mesures d’empoussièrement selon la méthode de microscopie électronique à transmission analytique (META),
      • la mise en place de processus avec, pour chacun, une évaluation des risques et un classement du niveau d’empoussièrement selon les trois niveaux définis à l’article R. 4412-98.

Dans ce contexte réglementaire profondément modifié, les exigences que devront satisfaire les entreprises ont été redéfinies par une nouvelle version de la norme NF X 46-010 »